RAPPROCHEMENT HISTORIQUE ENTRE MARS ET LA TERRE

 

 

    Il y a un an, elle se trouvait entre à 400 millions de kilomètres de nous. Et dans quelques jours, dans la nuit du 27 au 28 août 2003, elle ne sera qu'à 55,758 millions de kilomètres. 73000 ans qu'elle n'a pas été aussi proche de nous. Pourquoi nous a-t-il fallu attendre aussi longtemps ? La raison n'est pas évidente : il faut avant tout savoir qu Mars tourne autour du Soleil en 687 jours et la Terre en 365,25 jours. Par conséquent, les deux astres ne se donnent rendez-vous que tous les 780 jours. C'est ce qu'on appelle une opposition.

Mais toutes les oppositions ne sont pas identiques. En effet, les orbites de la Terre et de Mars ne forment pas un cercle parfait, elles sont elliptiques. Ainsi pour que la distance entre les deux planètes soit minimale, il faut que la Terre soit le plus loin possible du Soleil et Mars le plus proche possible. Un rapprochement semblable à celui de cette année s'est produit le 22 août 1924 : ce jour-là, la planète se trouvait à 55,777 millions de kilomètres. Mais ce n'était pas aussi proche que celui du 27 août prochain :-))

Schéma extrait de l'excellent Guide du Ciel 2003-2004, publié chez Nathan

 

Les prochaines oppositions

Dates Distance minimale entre les deux planètes (en millions de kilomètres) Diamètre apparent Magnitude
28 août 2003 55,758 25,1" -2,9
7 novembre 2005 70,237 19,9" -2,3
24 décembre 2007 88,548 15,8" -1,6
29 janvier 2010 99,349 14,1" -1,3
3 mars 2012 100,905 13,9" -1,2
8 avril 2014 93,051 15,0" -1,5
22 mai 2016 76,326 18,3" -2,1
27 juillet 2018 57,790 24,2" -2,8

 

Schéma réalisé à partir du logiciel Cartes du Ciel.

 

Quoi et comment observer ?

       Mars ne se lève pas tôt, pas avant minuit (heure local) en moyenne au mois d'août. Mais vous n'aurez aucun mal à la repérer : quand elle se lève, c'est la seule étoile orangé qui brille aussi fort au sud-est. Elle sera dans la constellation du Verseau en août et en septembre mais l'avantage est donné aux observateurs de l'hémisphère sud : ils auront la chance d'observer la planète haut dans le ciel. Dans l'hémisphère nord, nous aurons moins de chance : comme la planète sera basse dans le ciel, la pollution lumineuse et les turbulences atmosphériques risquent de nous gêner.

   Avec un télescope de 115 mm, il vous est possible de voir la calotte polaire sud et plusieurs "mers" et bassins. Avec un télescope plus performant, vous allez vous régaler : nuages, tempêtes de sable, craquelures dans les calottes polaires, Phobos et Deimos (ses deux satellites)...

 

Des remarques, des critiques, des questions ?

Page d'accueil

Copyright © Nicolas Bourgeois, août 2003